Mercredi 3 mars 2010La vie est belle

Roberto Benigni

La vie est belle Durée : 117 min
Sortie : 1997

Distribution

Roberto Benigni, Nicoletta Braschi, Giorgio Cantarini, Pietro De Silva, Horst Buchholz, Marisa Paredes, Giustino Durano, Sergio Bustric

Résumé

En 1938, Guido, jeune homme plein de gaieté, rêve d'ouvrir une librairie, malgré les tracasseries de l'administration fasciste. Il tombe amoureux de Dora, institutrice étouffée par le conformisme familial et l'enlève le jour de ses fiançailles avec un bureaucrate du régime. Cinq ans plus tard, Guido et Dora ont un fils: Josué. Mais les lois raciales sont entrées en vigueur et Guido est juif. Il est alors déporté avec son fils. Par amour pour eux, Dora monte de son plein gré dans le train qui les emmène aux camps de la mort où Guido va tout faire pour éviter l'horreur à son fils...

Commentaire du réalisateur

« Prenons la première partie : l’Italie de 1938 n’est pas minutieusement reconstituée. Un historien crierait probablement au scandale… Il en est de même pour le camp. C’est une idée - au sens quasi platonicien - de camp, l’idée d’un antre du Mal, d’un antre du monstre. Comme dans un conte pour enfants. Il ne faut rien y chercher de réaliste. Il n’y a rien de plus puissant et de plus terrible que d’évoquer la terreur. Comme dit Edgar Poe, si, parvenu au bord du précipice, on ne regarde pas, l’horreur est incommensurable. Si on la montre, elle devient telle qu’on la montre. D’après ce que j’ai lu, vu et ressenti dans les témoignages des déportés, je me suis rendu compte que rien ne pouvait approcher la réalité de ce qui s’est passé. Comment montrer de façon réaliste ce que je n’ai même pas le courage de dire ? C’est si inconcevable qu’il est presque facile de faire croire que tout cela n’était qu’un jeu. Primo Levi en parle dans “Si c’est un homme”. Il décrit l’appel du matin dans le camp. Tous les détenus sont nus, immobiles, et Levi regarde autour de lui en se disant : “Et si ce n’était qu’une blague, tout ça ne peut pas être vrai…” C’est la question que se sont posés tous les survivants : comment cela a-t-il pu arriver ? »

Commentaire

La particularité évidente, immédiate, de ce film est qu'il en contient deux qui se déroulent successivement. Dans le premier film, Guido, personnage tout droit sorti de la Commedia dell Arte, tombe amoureux de celle qu'il ne cessera d'appeler Principessa. Il faut dire que la jeune femme en question est belle à damner un saint, qu'elle s'appelle Nicoletta Braschi, alias madame Benigni à la ville. Contre toutes les apparences, Guido, à force de gags qui sont autant de vraies attentions amoureuses, va conquérir le coeur de sa princesse et obtenir sa main. Cette première partie, aérienne, volubile, est une fantaisie comme rarement le cinéma nous en a offerte. Est-ce que pour autant rien n'annonce le passage à la tragédie, certes non, les menaces sont précises et nombreuses, culminant dans la scène du "cheval juif".

En un plan génial de quelques secondes, Begnini nous fait entrer dans le second film : quelques années ont passé, un enfant, Josué, est né, et c'est lui que désormais nous allons suivre. L'essentiel de la seconde partie, après une montée rapide des périls, nous amène en camp de concentration. Nous, mais aussi Guido, Josué, son oncle et aussi Principessa, qui, pour n'être pas juive, n'en est pas moins femme et mère .... Les péripéties au camp serrent le coeur tout en faisant rire, car le seul but de Guido sera de maintenir Josué en vie et pour cela il a choisi la voie le plus naturelle pour lui, Guido, le clown, la voie du jeu, la voie du rire. Guido, dans cette seconde partie, reste tout simplement lui-même.

Quant, à la fin, Josué s'écrie :"Abbiamo vinto !", il signifie que lui et son père ont remporté le jeu, mais bien entendu le metteur en scène signifie toute autre chose. L'arrivée du char dans la cour du camp est le symbole même de la victoire de Guido-Benigni. La victoire de la vie. La victoire de l'espoir. La victoire, bien sûr, de l'amour. Amour d'une femme, amour d'un fils.

L’amour selon le réalisateur

« Quoi de plus beau, quoi de plus émouvant, qu’une histoire d’amour avec un enfant ? A la base, il y a le principe d’éviter le traumatisme aux enfants, de protéger la pureté. Le sentiment le plus ancien, le plus grand et le plus profond que les hommes puissent posséder. Mais il y a aussi le fait que les enfants doivent savoir, et dans le film, comme dans un conte, c’est comme si l’enfant vivait à travers mon regard. Quand je meurs, c’est comme s’il savait tout. Pour le personnage de Josué, j’ai choisi l’âge où l’on comprend tout mais où on peut aussi croire qu’il s’agit d’un jeu. Josué a probablement tout compris… L’amour pour sa femme est aussi fort présent ; Guido meurt parce qu’il part à la recherche de sa femme. Et l’amour pour sa femme est très fort dans le personnage : il parle sans cesse d’elle, voudrait la revoir. »

Référence

Le titre : Roberto Benigni a déclaré que le titre vient d'une phrase de Trotsky lorsque celui-ci était au Mexique ; enfermé dans un bunker à Mexico, il attendait les tueurs à gages de Staline, et pourtant, en regardant sa femme dans le jardin, il écrivait que, malgré tout, la vie est belle et digne d’être vécue.
Un hommage à Charlie Chaplin : en effet, le numéro de prisonnier de Roberto Benigni dans « La vie est belle » est le même que celui sur l'uniforme de Charlie Chaplin dans « Le Dictateur ».

Ajouter un commentaireCommentaires

C.
Dimanche 6 novembre
Un film émouvant, qui fait rire et pleurer à la fois.
Laura
Mardi 13 novembre
Ce film est vraiment magnifique ! rien a dire ... Les larmes aux yeux pour ce film
Wincarf
Lundi 31 décembre
Wow! Great to find a post with such a clear msseage!
wqpwzfjs
Mercredi 2 janvier
Ne1zJ8 , [url=http://hiluwvaaozej.com/]hiluwvaaozej[/url], [link=http://iepcynapwfnn.com/]iepcynapwfnn[/link], http://jvbnxqdwfaqr.com/
cdvrjsfmpf
Jeudi 3 janvier
CR3gzN <a href="http://qsprbevghtrw.com/">qsprbevghtrw</a>
eopibd
Vendredi 4 janvier
xwm6Fm , [url=http://scendnuiekho.com/]scendnuiekho[/url], [link=http://yufmsnjxqikh.com/]yufmsnjxqikh[/link], http://xzswgddmlxvo.com/
smvhvlqx
Vendredi 4 janvier
NI5Hdq , [url=http://jycxjqrpoqwi.com/]jycxjqrpoqwi[/url], [link=http://nrgvcmhjjuob.com/]nrgvcmhjjuob[/link], http://irecnrnkauva.com/

Ajouter un commentaire







si l'image ne s'affiche pas, rechargez la page